9 réponses

il y a 3 ans par ArnaudLemoine
Effectivement. le mouton à 5 pattes... bac +5 avec expérience internationale, moins de 25 ans pour un CDD au SMIC..
Un pays comme le notre avec plus de 6 millions de chômeurs et un système éducatif imparfait mais tout de même capable de fabriquer des gens très compétents en grand nombre (nous sommes le pays du TGV, d'Ariane espace, de l'airbus, de skiller...)..... ne devraient pas avoir de problème de recrutement..
Serait-il possible d'imaginer que le problème viennent aussi des entreprises....qui ne savent pas toutes recruter... par crainte de l'erreur, par la volonté d'avoir un salarié performant en 5 minutes, par un management inadapté...
6
il y a 3 ans par JoyceMarkoll
Je suis d'accord avec ce que tu dis. Les entreprises ont le plus grand mal à recruter des pions sur-diplômés et expérimenté. Je connais le cas de quelqu'un qui avait une proposition d'embauche dans une boite, pour le smic, et où ses compétences n'auraient même pas été valorisées par quelque liberté dans le choix des méthodes de développement. Le directeur demandait à embaucher… "un autre lui-même". On voit beaucoup d'annonces pour "recruter" des stagiaires aussi. Bref, les entreprises ne sont pas toujours raisonnables.
4
il y a 3 ans par KarineAnnaLachkar
les profils atypiques, les autodidactes.. et surtout à Toulouse, en somme en Province, et un peu moins sur Paris plus ouvert d'esprit! On a encore (BCP!) de chemin à parcourir pr sortir des clichés diplômes, cursus sans vague, ou .. slalom, comme vous préférez, ces profils qui se sont construits seuls et qui ont pris des risques pr continuer à se former "sur le tas" font peur, sans doute car les plus téméraires. (c'est un peu du vécu)
6
il y a 3 ans par oimoci
Question très ouverte et très riche Aurélie !
D'après une étude de l'ESSEC (que je ne retrouve pas), 78% des jeunes diplômés embauchés après leurs études, avaient quitté leur entreprise moins de 2 ans après leur entrée ! Je dis bien "quitté", job out !
D'un autre côté, environ 90% des embauches actuelles sont des CDD et un jeune diplômé sur 2 veut créer son entreprise !
J'ai le sentiment que très bientôt ce ne sera plus une question de profils, car les entreprises auront tout simplement beaucoup de mal à recruter ! Je sais que cela peut sembler choquant dans un pays qui compte 6 millions de chômeurs, mais...
Nous vivons une rupture incroyable, dans laquelle un jeune diplômé peut gagner largement de quoi vivre sans même à avoir à créer une entreprise, sur internet ! Il peut créer une application et la vendre sur les stores d'Apple et Google (il peut aussi apprendre gratuitement à coder sur internet afin de rendre la chose possible en un an environ), créer un blog pour partager ses passions et gagner un peu d'argent via l'affiliation, ... et si cela nécessite comme toujours beaucoup de travail, cela est désormais accessible à tous pour le prix d'un ordinateur et d'un abonnement à un fournisseur d'accès.
Bref, je suis convaincu que le rapport de force va vite s'inverser et que cela sera une ligne de fracture pour les entreprises ! Celles qui seront attractives survivront, les autres... Plus qu'une fracture, ce sera un accélérateur !
4
il y a 3 ans par Aurelie
Perso, j'ai hâte :) de la concurrence dans la montée en compétences des potentiels, une alternative aux parcours classiques !!!
Je viens de regarder l'interview de Lisbé JUIN et sa super idée LOLIPLOP pour apprendre les bases du code aux petits de 5 à 11 ans !! c'est tout simplement génial et tellement précurseur. Je suis fan !
3
il y a 3 ans par DidierdeThoisy
Les devs ont l'air pas faciles à trouver...
3
il y a 3 ans par Aurelie
les devs Node.Js particulièrement à priori :S ...d'où viennent-ils ? où sont-ils ?
1
il y a 3 ans par DidierdeThoisy
Que mangent-ils ? Se lavent-ils ?
3
il y a 3 ans par Aurelie
brrrr vivent-ils cachés en communauté dans une cave chauffée par des PC ?
4
il y a 3 ans par JoyceMarkoll
Il y a des développeurs régulièrement sur github, gitlab, sur IRC sur le serveur freenode ou OFTC, ou encore sur developpez.net, entre autres. Si vous souhaitez des informations complémentaires à propos de tous ces lieux virtuels, ou si vous avez des annonces à faire passer n'hésitez pas. :)

(J'ai peut-être trouvé une piste pour exercer un nouveau métier ? Comment le nommerons-nous ?)

> brrrr vivent-ils cachés en communauté dans une cave chauffée par des PC ?
@AurelieBonnet C'est cela oui ! Les devs savent généralement coder dans plusieurs langages, pas juste en javascript.

> Que mangent-ils ? Se lavent-ils ?
@Didier des pizzas ; probablement certains se lavent et d'autres pas, comme chez "tout le monde". ;-)
2
il y a 3 ans par Aurelie
@JoyceMarkoll je veux bien tes lumières sur les github et autres :)
1
il y a 3 ans par FredericCORRAL
Chaque entreprise à ses besoins en terme de compétences / expérience, en revanche celà ne fait pas tout.
Il est difficile de trouver des "Moutons à cinq pattes" comme certains les appels.
Autonomie, remise en question, autodidacte, polyvalence, esprit d'initiative, adaptation, parole en public, anglais courant, motivation, envie d'apprendre au quotidien, fouiller avant de poser des questions, bref beaucoup de critères que l'on apprend pas à l'école, même avec un BAC +5. Hélas en France, c'est le titre qui prime pour rentrer dans le moule.

"People make the difference"
3
il y a 3 ans par DavidCourtinot
Mmm l'autonomie, l'adaptation, l'anglais courant et l'esprit de recherche sont quand même des choses qu'on peut acquérir durant les études. L'esprit d'initiative, le goût d'apprendre et le fait d'être autodidacte vont ensemble. Le problème n'est peut-être pas de former ce type de personnes, mais de les garder en France ! Personnellement je suis en dernière année d'école d'ingé, et j'ai le sentiment, d'après plusieurs lectures et échos, que je ne trouverai pas ce que je veux en France. Je n'avais pas spécialement envie de m'exiler, j'aime bien la France, mais je sais finalement que je ne veux pas y travailler.
2
il y a 3 ans par Aurelie
La recherche du mouton à 5 pattes ou le grand caprice de certaines entreprises qui ne veulent pas transiger :)

Pour toute entreprise, le temps c'est de l'argent, et les dérives peuvent être rapides : on veut recruter vite, au moins cher et avec des compétences exploitables immédiatement. Un fort taux de chômage les place malheureusement en position de force... C'est une vision à court terme qui occulte totalement la notion de potentiel lors de la sélection d'un candidat. Ces entreprises veulent du solide, de l'empirique, des résultats instantanés. On rédige un descriptif de poste comme on fait sa liste au père Noël sans trop se remettre en question.

Bizarrement, ce sont les grandes boites qui ont les "reins" plus solides qui refusent d'ouvrir leurs postes à des profils inattendus mais pourtant bien compétents quand les petites font plus confiance et écoutent encore leur instinct et acceptent d'être conseillées et accompagnées.

C'est pour cela que j'aime les PME et les Startups qui n'ont pas encore perdu le sens des valeurs humaines et qui savent qu'il faut savoir s'entourer. Plus l'entreprise est petite, plus l'impact d'un mauvais recrutement peut être grand, pour l'entreprise en termes de productivité bien entendu mais aussi en termes de moral, d'ambiance de travail et aussi en termes d'image.
3
il y a 3 ans par ACTIBIZZ
On peut citer le profil commercial,

20 000 postes an ne seraient pas pourvus par an,

dévalorisation du métier, pré-jugés sur la fonction qui a conduit le réseau des DCF www.reseau-dcf.fr/dcf/accueil a rédiger un manifeste pour valoriser la culture commerciale :

www.actionco.fr/Thematique/la-profession-1023/B...

Manifeste de qualité à télécharger ici : www.madcc.fr/madcc/accueil
3
il y a 3 ans par RomainChambonnier
J'ai l'impression que beaucoup d'entreprises ont peur d'investir dans la formation d'un nouvel entrant et recherche un salarié performant en moins de 5 minutes. De plus il y a quelque temps j'ai lu un article qui donnait un point de vu intéressant sur les offres d'emploi : aujourd'hui ce qui prime dans celles-ci ce sont le nombre d'année d'expérience plutôt que les compétences à maîtriser pour le poste. Peut-être que faire l'inverse permettrait de mieux capter les profils recherchés?
3
il y a 3 ans par Aurelie
ah ça j'en suis convaincue !!! même si je comprends le chemin de réflexion qui mène à imaginer que fixer un nombre maximal d'années d’expérience va permettre d'aborder la perle rare qui amènera son savoir-faire et son savoir-être et pourquoi pas son business...
2
il y a 3 ans par RomainChambonnier
Peut-être devrait-on rechercher un potentiel plutôt qu'un acquis ?
2
il y a 3 ans par Marrof
Je pense que la formulation de l'offre permet de cibler le niveau attendu, via un nombre moyen d'années d'expérience. Ce qui permet de filtrer : un junior ne va pas postuler à un poste "15ans d'XP".

Derrière, ça ne veut pas dire que les réelles compétences ne sont pas évaluées en entretien, ni qu'une personne ayant évolué rapidement n'a pas sa chance.

Au contraire, la décision du recrutement se fera avant tout sur ses compétences actuelles + son potentiel / sa motivation à continuer à évoluer.
1
il y a 3 ans par FabienMouton
Les profils les plus difficiles à recruter sont ceux qui n'existent pas :)
- profil mal défini
- exigences irréalistes entre compétences attendues et le prix que l'entreprise est prête à y mettre
3
il y a 3 ans par Whitedawn
De bons spécialistes en marketing digital. Des marketeux c'est facile, des techniciens du digital aussi, mais le mix des deux reste encore un peu compliqué.
2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.