Bonjour,

On est à la recherche d'un spécialiste leveur de fonds pour une startup d'un commerce de vente de reproductions d'œuvres d'art et de créations artistiques personnalisées. Le projet est en ligne et les premières ventes ont déjà eu lieu. Un spécialiste de préférence sur Toulouse ou en Occitanie.

Nous sommes 2 dans le capital à ce jour, nous souhaitons embaucher voir intégrer une 3ème personne spécialisée dans la communication et le marketing. Le montant recherché est de 150 000 €.

Le BP est en cours de réalisation mais on a une fiche projet détaillée.

Merci de me contacter en direct.
A+++

communication levée de fonds marketing
2
4

6 réponses

il y a 3 mois par ChristopheFantoni

Pour à peine 150 000 €, vous avez besoin d'un spécialiste dans la levée de fonds ? En fait, n'importe quelle banque locale pourrait vous prêter un montant aussi faible, et ça sans même avoir besoin d'en référer à son siège social.

En fait, le montant que vous demandez rentre parfaitement dans la règle du minimis imposée par l'Europe (puisque inférieur à 200 000 €). Cette règle permet de faciliter l'accès au crédit bancaire à tous les professionnels, sans même avoir besoin de se porter caution.

Pour cela, il ne vous faut simplement une copie de vos statuts et un prévisionnel financier. Vous n'aurez même pas besoin de business plan.

Exemple de banque qui propose ce type de prêt : BNP Paribas ( voir ici : mabanquepro.bnpparibas/fr/notre-offre-pro/cred... )

     
2
il y a 3 mois par VincentM

Bonjour,

Merci pour votre réponse. Je n'aime pas beaucoup les banques, elles ont la réputation de ne pas prêter facilement de l'argent, demandent trop de garanties et je ne peux apporter plus de 10 000€ au capital.

Nous cherchons de préférence des spécialistes en startup apportant leurs expertises et qui rentreraient dans le capital de l'entreprise.

Peut-être nous pouvons demander plus que 150 k€. Un de nos concurrents avec un site offrant moins de fonctionnalités a fait une levée de fond de 800 k€ l'an dernier, par contre ils sont lancés depuis 3 ans et ont déjà 8 employés. 

Merci.

2
il y a 3 mois par ChristopheFantoni

Justement. Les banques ont pas mal changé, notamment depuis l'instauration de cette règle du minimis qui fait que ce n'est plus votre banque qui vous prête, mais directement l'Europe, au travers de votre banque.

Donc, aujourd'hui, plus de caution et un plafonnement des prêts à hauteur de 200 000 €.

Personnellement, j'ai récemment fait le tour de 4 grosses banques françaises et les 4 banques étaient prêtes à m'aider à hauteur de 200 000 € avec, à chaque fois, les mêmes arguments.

Pour que votre projet intéresse un investisseur, en direct, il faudrait que vous lui demandiez une somme tournant aux alentours du million d'euros et il faudrait qu'il ait la garantie de pouvoir sortir de votre capital assez rapidement (2~5 ans) avec une plus-value tournant aux alentours de 20 %.

2
il y a 3 mois par ArnaudLemoine

Bonjour,

Je suis consultant en stratégie et marketing et j'accompagne des startups.. je suis à votre disposition pour évaluer vos besoins en marketing et en expertise en levée de fond..n'hésitez à m'appeler ..

2
il y a 3 mois par VincentM

Bonjour, très bien je vous ai envoyé un email avec notre ficher Projet à contact@lem....fr

2
il y a 3 mois par olivierChaillot

Vous voilà entre de bonnes mains... 

2
il y a 3 mois par VincentM

Ok, je comprends les banques ne prennent pas de risques et donc prêtent plus facilement.
Mais alors qui prend les risques ? La BCE ? Quelle garanties ils demandent ?

2
il y a 3 mois par ChristopheFantoni

Pour une banque, il y a deux grandes étapes :

- La première consiste à voir si votre projet rentre dans les catégories pour lesquelles l'Europe est prête à prendre un risque en vous prêtant sans la moindre caution. En effet, il y certains types de société pour lesquels l'Europe ne souhaite plus prêter d'argent, car jugé beaucoup trop nombreux (ex.  : les salons de coiffure, les restaurants, etc) et d'autres sur lesquels l'Europe est prête à parier sur l'avenir (ex.  : les startups technologiques, etc). Attention, car d'année en année, ces catégories évoluent (ex.  : le retrait il a un peu plus de 2 ans du support financier des projets de société gravitant dans le monde de l'électronique -- j'en ai fait les frais).

- La seconde consiste à étudier votre dossier pour savoir si celui-ci rentre dans les cases de la règle du minimis.

Pour finir, j'attire votre attention sur le fait que les projets de société gravitant dans le monde de l'art doivent passer par des banques spécialisées dans ce type de financement (ex : Neuflize OBC) couplé aux organismes de caution dédiés (ex : IFCIC).

1
il y a 3 mois par Manu31

pensez au crowdfunding notamment  à Toulouse avec WISEED.

1
il y a 3 mois par Guillet

Bonjour,

je viens de voir votre annonce et serai intéressé de vous rencontrer,

je suis présent sur Toulouse depuis 3 ans, j'accompagne des sociétés après sélection, et je les accompagne dans le temps.

Un accompagnement signifie plusieurs niveaux : cadrage de l'équipe, du projet, du model économique, de l'approche marketing et enfin de l'approche financière.

Lorsque ces différents points sont cadré, je contacte mes réseaux parisiens pour la levée de fond.

Attention, une levée de 150 000 intéressera peu de monde et rend le projet peu viable dans son accélération,

bien cordialement

Jean-Philippe Guillet

06-08-37-36-53

1
il y a 22 heures par EtienneSandeyront

Je peux vous orienter vers des investisseurs qui recherchent des projets comme le votre. n'hésitez pas à me contacter.

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.