Quel est le rôle d'un ingénieur de production, industrialisation et méthodes dans une entreprise libérée, et surtout lors de la mutation d'une entreprise vers une entreprise libérée? A-t-il une place?
- L'ingénieur ne serait-il pas seulement manager?
- Doit-on servir seulement de support auprès de l'atelier, et quelles seraient alors les missions importantes?
- Faut-il réfléchir sur des systèmes collaboratifs de gestion de production, et dans ce cas lesquels (lean management, amélioration continue, 5 S...)?
- Et comment gérer tous ces aspects dans une PME d'une vingtaine de personnes où la charge de travail est très importante (peu de temps disponibles pour les opérateurs et techniciens et difficultés à mettre en place du collaboratif) ; les investissements très (très) restreints et par ce fait les marges de manœuvres (lenteur dans le processus de libération ce qui décourage certaines personnes)?

gestion de production entreprise libérée ingénieur
6
2

4 réponses

il y a 4 ans par Flo_Mo
Bonjour Marc,

Pourquoi ne pas se demander quelles nouvelles activités l'ingénieur méthodes/prod pourrait effectuer dans cette nouvelle organisation ?
Les compétences de gestion de projets, analyse, calcul de coûts, pédagogie, ... ne seraient-elles pas transférables ?
La production/atelier serait-elle la seule activité de l'entreprise à devoir améliorer ses process et les habiletés des collaborateurs ?
Pour ce qui est du système collaboratif, vous pouvez aussi enrichir votre réflexion autour du management socio-économique (MASE), qui vise à articuler, performances économiques, sociales et la qualité globale (à défaut de totale) en décloisonnant l’organisation.
Au plaisir d'échanger, je vous souhaite, bonne réflexion et de bons échanges en interne comme en externe.
A votre écoute pour approfondir...
5
il y a 4 ans par ReneDEMAREZ
Bonjour Marc, vous devriez peut être aborder cette problématique par la fin de votre question et prendre ces difficultés en paramètres d'entré. On avance pas les pieds attachés.
Un petit coup de 5 Why sur ces sujets, des actions PDCA, un WSM vous détecteriez déjà toutes les difficultés et axes d'améliorations avant d'envisager ou évoquer le Lean. Au demeurant le lean est un outil participatif et non pas collaboratif. Entreprise libérée, l'idéal est tentant mais dans une PME de 20 personnes je travaillerai vers cette objectif en évaluant déjà le potentiel d'autonomie des acteurs, l'organisation en sera le point clé mais avec beaucoup de problèmes (cf la fin de la question) cela dérivera avec de fortes probabilités. Je vous recommande donc de solutionner en équipe ces problèmes vous y verrez beaucoup plus clair de cette façon sur ce vers quoi votre entreprise sera en mesure de réaliser.
Et l'ingénieur aura alors tout son talent en support (Kaizen), optimisation (méthode), production (process) etc...
4
il y a 4 ans par MarcDubourg
Merci beaucoup pour votre réponse. Je vais prendre le temps de réfléchir là dessus!
Mais pour ma première expérience réelle (je fais en ce moment mon stage de fin d'étude) ces problématiques sont passionnantes et j'ai encore beaucoup à apprendre !
Je vous tiendrais au courant de mes avancées et des prochains problèmes à venir !
1
il y a 4 ans par oimoci
Quelque chose me dit que @philippeArmanet pourrait t'aider... Entre autres !
2
il y a 4 ans par PhilippeArmanet
Effectivement Jérôme avec retard je peux amener ma contribution :) . La question se pose t'elle uniquement pour un ingénieur ou beaucoup plus largement ? Pour ma part je reformulerai en proposant "Quel est le nouveau rôle du manager dans une entreprise libérée? " . Et là Marc je peux t'apporter quelques fondamentaux que l'on tente de diffuser et de faire appliquer par cooptation (partage du sens) chez nos managers plus tres nombreux d'ailleurs.
Le nouveau manager doit creer les conditions pour que les équipes s'enthousiasment tous les jours à se retrouver pour constuire, innover, experimenter, et parfois même se tromper (en effet l'erreur est la première sourse d'apprentissage). Il n'est plus le donneur d'ordre ( faites ça!) ou le conseil (mon savoir me dit que vous devriez faire comme cela). Le nouveau manager doit travailler à développer les savoirs faire et savoir être de son equipe (après avoit travaillé sur le sien auparavant !). Il doit viser l'autonomie durable de son équipe et la capacité de cette derniere a s'auto gérer (charte d'équipe; contrat d'apprentissage d'equipe et individuel) et surtout l'équipe doit arriver à S'AUTO MOTIVER.
Le manager doit faire grandir son equipe et travailler en questionnement pour que l'équipe trouve en elle les éléments de réponse. On parle ici de manager coach, car le questionnement est l'outil premiier du coach professionnel ( je suis certifié coach professionnel ce qui me permet d'évoquer ce point).
Le manager doit répondre à toute sollicitations 'individuelle des membres de l'équipe ou de l'équipe elle même. Il n'est pas forcément associé à tous les travaux de l'équipe et peut rester en support.
Il doit inspirer confiance et respecter ses engagements. Il a valeur d'exemple.
Idéalement le manager pourrait (devrait ?) etre choisi, élu par son équipe pour une periode donnée . Ce point ouvre des perspectives interessantes car peut on imaginer que le management puisse être partagé ? Le leadership amical (au sens bienveillant) qualité première du manager peut-il être tournant ? Ma reponse est OUI,
L'expert (l'ingénieur pour notre exemple) a une compétence de savoir faire mais cela n'en fait pas mecaniquement un manager de qualité. Il y a peut etre dans l'équipe un technicien, un ouvrier professionnel ( et oui !) qui ne demande qu'a faire exploser aux yeux de tous ses qualités d'entraîneur, d'accoucheur d'idées. ....
Voilà rapidement quelques éléments de réflexions complémentaires.
Un feed back ?
2
il y a 4 ans par oimoci
Merci @PhilippeArmanet, je suis sûr que tu mets @MarcDubourg sur la bonne voie !
1
il y a 4 ans par MarcDubourg
@PhilippeArmanet @Florent_Mourens @oimoci @ReneDEMAREZ

Merci pour vos commentaires. J'ai mis quelques temps avant de répondre car j'ai essayé de mettre en application différents points abordés dans cette discussion ainsi que plusieurs projets que je gardais en tête.
Pour le moment, à mon avis le projet d'entreprise libérée dans notre entité avance difficilement, notamment à cause d'une difficulté de la part de notre direction à réellement faire confiance à l'équipe (ex : beaucoup de contrôle sur les devis, achat de matériel..., aucuns indicateurs de performances de l'entreprise de partager, et aucune vision à long terme de communiquer). Ces points je pense ralentissent le projet et instaurent quelques barrières entre les différents pôles de l'entreprise. De plus, nous sommes en ce moment sur un chantier de passage à l'ISO9100 (aéronautique) ce qui perturbe beaucoup de monde, et cette norme nous oblige à mettre en place de nouvelles procédures, sans forcément consulter toutes nos équipes d'atelier.
Voyant que certains de mes projets tombaient à l'eau et que la situation n'était pas tout à fait celle décrite lors de mon entrée dans l'entreprise, j'ai décidé de changer de cap et de me fier à vos conseils. Mon but aujourd'hui est de faire naître l'autonomie et l'innovation au sein de mon atelier en instaurant un management collaboratif. Grâce aux outils de PDCA et d'amélioration continue, j'essaie de faire prendre conscience aux équipes de l'efficacité de leurs méthodes, de leur travail et de ce qu'ils pourraient appliquer pour gagner en efficacité et en qualité. Pour le moment, nous avons donc mis en place des réunions où chacun prend du temps pour relever les difficultés de la semaine et réfléchir sur leurs origines et les actions correctives. Ce travail, difficilement accepté au début est assez efficace et le nombre d'idées sur des améliorations de postes, de machines... a triplé. Il permet aussi de valider et d'améliorer les processus que nous avons du transformer pour préparer le passage en ISO9100 et permet donc d'intégrer l'atelier à ce projet.
Sur un niveau plus personnel, concernant le sujet de l'ingénieur dans une entreprise libérée, j'ai revu certains de mes critères. Au niveau de mes missions, je ne me suis donné comme limite le seul fait de toujours satisfaire les clients. Il m'arrive donc fréquemment de travailler dans l'atelier pour soulager les opérateurs lorsque les charges de travail sont importantes et lorsque certaines production prennent du retard. Cela m'a permis de me rapprocher de l'équipe, de supprimer la hiérarchie (je suis le premier ingénieur de l'entreprise, d'où une position assez délicate) entre mon poste d'industrialisation/méthodes et l'atelier, et de remplacer certaines personnes pour les encourager à aller au bout de leurs idées !
La prochaine étape va être pour moi le travail en équipe et apprendre à travailler ensemble. Et là encore nous avons une grande marche à passer. Je voulais commencer se projet en travaillant sur la polycompétences (beaucoup de postes sont critiques car à gros savoir-faire, critiques pour la prod et pourvu de seulement une personnes). Cela permettrait aux opérateurs de gagner en compétences et de gagner en savoir-faire. Nous avons un gros travail pour le passage à l'ISO9100 à faire; beaucoup de procédures vont arriver en supplément (traçabilité des produits, des matières; validation de chaque opération de production...) et donc beaucoup de problèmes vont arriver à mon avis.

Je reste toujours ouvert à toutes vos remarques et d'autres questions vont surement arriver :)
2
il y a 4 ans par oimoci
Marc, en un mot : BRAVO !
3
il y a 4 ans par PhilippeArmanet
J'aime beaucoup ton approche personnelle Marc. L'humilité ne peut pas nuire. Tu es en train de tisser une toile autour de toi sur la base de la confiance apportée aux autres. Il est bien pour un manager de " faire" de temps en temps avec ses équipiers mais n'oubli pas qu'ils n'atttendent pas forcement que cela de toi. Et tu l'a compris en créant les conditions du dialogue en équipe. Assure toi que les 4 fondamentaux suivants sont en place : toutes les idées doivent être exprimees ; chacun ecoute l'autre aller au bout de son idée sans l'interompre ; personne ne juge l'idee de l'autre ; le respect de la differénce d'appreciation d'une situation est une source de richesse. De 2 idees differentes naitrat peut etre par ce dialogue qualitatif en equipe une troisième idee qui fera concensus.
La polyvalence des compétences est un merveilleux sujet. Félicitations.
Pour ce qui est de la Liberisation de ton Entreprise rien ne se passera si le/les dirigeants ne portent pas cela au fond de leurs tripes. C'est le/les dirigeants qui decident de libérer en lâchant prise (finit les ctrl des devis par exemple.....). Tant que la Vision et l'Ambition (raison d'être ), les Valeurs partagées de l'entreprise ne sont pas des thèmes que les dirigeants mettent à la construction par tous les salariés il n'y aura pas de liberisation.
Mais on ne sait jamais. Surveille les places de parking ! Si jamais ils decident de se garer comme tout le monde et non pas sur une place qui leur est réservée ça sera un signe positiF :) Ne lâche rien. Vas au bout de tes idées les sceptiques resteront spectateurs !
3

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.