Ceci est un test : question intéressante trouvée dans mon réseau pro sur Facebook... Je voudrais comparer aux réponses sur FB. Merci les Skilleuses et les Skilleurs de jouer le jeu :)

entrepreneuriat économie et finance écosystème start up
5
4

9 réponses

il y a 4 ans par IsabellePruvot
Tout à fait d'accord avec la réponse de @samiraSeltani. J'aime aussi ce qu'écrit Philippe d'Iribarne, chercheur au CNRS et grand spécialiste des différences culturelles et de leur impact managérial. Il s'attache dans l'extrait ci-dessous à comparer la notion de liberté entre le monde anglo-saxon et la France, la liberté étant à mon sens un moteur essentiel à la culture entrepreneuriale.

"La forme d’autonomie que cultive le monde anglo-saxon, et en particulier les États-Unis, est liée à la figure du
propriétaire, libre de négocier les conditions de tout engagement dans une action commune. Chacun est vu comme
“ propriétaire de lui-même ” (Locke, 1690). À cette conception de la liberté correspond une forme particulière
d’individualisme. L’individualisme américain (Tocqueville, 1840; Bellah, 1985; Lamont, 1995) donne une place
centrale au droit d’entreprendre, de faire sans entraves tout ce que la loi n’interdit pas, de décider par soi-même du
contenu des contrats où l’on s’engage...
En France, une figure différente de l’homme libre a prévalu; celui qui, ayant fait librement allégeance à un
pouvoir qui incarne ce qui est grand, voit celui-ci respecter les privilèges coutumiers de son état. Le rôle donné en
France aux droits et devoirs liés au métier, à la “noblesse ” de celui-ci, ou la place qu’y tient la référence à la raison
dans les processus de décision se comprennent à la lumière de cette conception. Celle-ci fonde également la forme
française d’individualisme (Crozier, 1963; Lamont, 1995). Attaché à une sorte de “bon plaisir ”, refusant ce qui
“ abaisse ”, cet individualisme ne se soumet à la loi qu’avec réticence. Il entend bien montrer que s’il fait quelque
chose pour autrui, c’est qu’il le veut bien, est prêt à “rendre service ” mais non à être “au service ”.
(philippepierre.com/_media/p_d_iribarne_approche... ).

Ce qui me vient en matière de Culture Française, et si je devais la résumer en 2 mots ce serait , Esprit Critique : "Le but de l’esprit critique est d’éviter les pressions sociales qui mènent à la standardisation et au conformisme."
En ce sens, la France pourrait se définir comme un pays de libre-pensée, voire de pensée disruptive, en recherche de grandeur, plutôt un atout pour l'écosystème entrepreneurial non ?
6
il y a 4 ans par oimoci
Merci @IsabellePruvot Belle référence, en effet ! et belle conclusion perso :)
2
il y a 4 ans par LionelBruel
Un ami américain, entrepreneur ici et là, présent chez nous depuis plus d'une décennie, me dit que ce qui frappe en France, c'est la saine violence des idéaux : les droits, le va-et-vient permanent entre libertés individuelles et impératifs d'un vivre-ensemble à la hausse. L'on sent, me dit-il, que la force d'indignation est latente : elle peut, chez nous, venir à bout de tout. Fait culturel puissant, autant que singulier. Quant à la bureaucratie, selon lui, elle est aux Etats-Unis... bien pire. (Bim les clichés.)
5
il y a 4 ans par Klodeko
Je rajouterais que les USA se sont construits par la conquête puis par des immigrés qui devaient prouver de quoi ils étaient capables pour s'intégrer rapidement entraînant un certaine propension au dépassement de soi.
En France c'est la résistance aux tentatives de conquêtes et d'invasions qui a marqué notre l'histoire récente d'où un certain repli sur soi.
Devinette : Quelles sont les 2 écoles les plus connues dans chaque pays qui nourrissent les entreprises ?
USA : Stanford et MIT (toutes 2 Design Thinking)
France : ENA et Polytechnique (...no comment)
5
il y a 4 ans par samiraSeltani
@oimoci je répondrais que cette influence date concrètement du 18e siècle et que depuis peu de choses ont changé. je lui parlerais de du traité de Turgot à l'origine de système économique français, Vincent de Gournay (ami de Voltaire)ou encore de la vision de l'entreprise imposé par Jean Baptiste Say. Tout cela sous le régime royaliste de Louis XVI, à une époque influencé par les prémisses de la Révolution française. Depuis il semble qu'inconsciemment la France en garde une trace. Je ne sais pas si ma réponse est hors sujet mais c'est ce qui me vient à l'esprit. La culture française est intimement liée à nos penseurs, philosophes, journalistes, artistes qui ont influencé les esprits politiques et économistes de l'époque.
5
il y a 4 ans par oimoci
Merci Samira, ravi de te lire :) J'aime beaucoup l'argument et je partage pleinement ta réponse !

Puisque sur Skiller on a la chance d'être curieux et toujours en quête de compétences, c'est une excellente occasion de recommander la lecture de ce livre indispensable à la compréhension de notre système politique et social de Pierre Rosanvallon (fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Rosanvallon) :

Pierre Rosanvallon : "la société des égaux"

10 euros (et des centimes) pour changer notre vision du monde, c'est presque gratuit !!!

Encore MERCI @Gibet :)
4
il y a 4 ans par samiraSeltani
@oimoci ;-) puisque tu proposes une lecture, pour ceux qui souhaitent avoir une vision précise de la naissance de l'entrepreneuriat en France, je conseille Le Dictionnaire sociologique de l'entrepreneuriat. J'adore l'histoire, on y trouve toutes les réponses aux questions que l'on se pose encore de nos jours.
5
il y a 4 ans par CatherineHUGANET
En complément de tout ce qui a été écrit, je parlerais aussi du poids de l'histoire de la culture "féodale", héritage du Moyen âge, et qui perdure dans certaines entreprises, organisations, dans nos administrations. J'y associerais la culture du "pouvoir", et du "confort" associé qui freinent toute prise d'initiative, d'ouverture vers d'autres champs possibles, d'autres paradigmes.
Je parlerais aussi de l'héritage philosophique (Voltaire, Diderot...) et surtout de l'idéal de société qu'ils ont véhiculé.
L'entrepreunariat à la française se nourrit donc peut-être davantage de valeurs d'idéalisme, au détriment d'un certain confort, et contrôle sur l'avenir.
pouvoir vs lâcher prise. Bon WE à tous!
5
il y a 4 ans par NoName
"Culture féodale": ça me fait penser au Japon et au livre Stupeur et tremblements d'Amélie Nothomb.
En somme, la culture vin rouge-camembert serait pile poil entre le saké-sushi et le coca-hamburgers ?
2
il y a 4 ans par usercentric
culture générale + maîtrise technique = vision holistique qui fonctionne parfaitement pour l'élite mais laisse bcp au bord du chemin.
3
il y a 4 ans par disk_91
J'aborderai la facon dont ne deux societe acceptent l'echec ; j'aborderai aussi la facon dont nos societe concoivent l'evaluation. Pour en conclure qu'un americain sera plus sur de lui et n'aura aucun crainte de l'echec ; il se lancera donc dans un projet d'entreprise beaucoup plus facilement peut etre de facon moins reflechie toutefois. Je crois aussi qu'il faut prendre en compte les tailles de marché, non pas comme une chose culturelle, mais comme un facteur multiplicateur de reussite.
3
il y a 4 ans par Klodeko
En anglais, "Prendre un risque" se dit "Take a chance" <|:o))
4
il y a 4 ans par PierreMetivier
Jérôme,

pour répondre à ta question, je viens de mettre en ligne un PDF d'un cours pour une école de commerce que je n'ai donné qu'une seule fois et qui explique pourquoi la France est efficace dans certains domaines industriels, et beaucoup moins dans d'autres. Tu y rencontreras Richelieu et Colbert, Denis Papin et Balzac et bien d'autres. ça parle TGV, Minitel et Plan Calcul, du rôle de l'état, des grandes écoles, de l'organisation de la recherche.

Le cours était destiné à des élèves internationaux et répond globalement à la question que tu poses. Ma façon de raconter pourquoi la France industrielle et ses sociétés est telle qu'elle est.

fr.slideshare.net/PierreMetivier/french-hitech-...

Pierre
3
il y a 4 ans par CeciliaSkroder
Avant de taper une réponse plus ciblée , je pense que qqs-unes des différences culturelles peuvent entrer en jeu , j'en parle de manière superficielle et plus dans le monde de l'entreprise que des entrepreneurs, sur herringandcrispbread.wordpress.com
2
il y a 4 ans par oimoci
Intéressant Cecilia, une fois encore !
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.