8 réponses

il y a 4 ans par ClaireBouteyre
au démarrage de ressources j'ai rejoint le CJD (centre des jeunes dirigeants), réseau de dirigeants fondés sur deux principes 1) on ne naît pas dirigeant on le devient 2) l'économie est au service de l'homme et de la vie et pas l'inverse. Concrètement ça se traduit par "la performance globale" méthodologie élaborée par le CJD au fil de son histoire et forme de RSE avant l'heure. Le premier module Start (stratégie actions résultats) m'a été d'une grande aide pour intégrer des le départ la notion de création de valeur pour l'ensemble des parties prenantes, même si en pratique après ça m'a pris plus de temps pour expérimenter et construire une vraie stratégie. Dans tous les cas je recommande l'exercice pour apprendre à penser et structurer sa boîte au démarrage comme si elle était déjà grande...ça aide à garder le cap et tenir bon dans les turbulences !
6
il y a 4 ans par Cyrille
Prendre le temps de définir une stratégie me parait indispensable pour savoir où l'on va. Comme dit le proverbe "Il n'y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va".
- Avoir une stratégie permet d'arbitrer les priorités, d'allouer les ressources et de trancher, même sur certaines décisions du quotidien. Dans mon cas, la question se pose régulièrement sur des demandes spécifiques de clients. Il est souvent difficile de dire non à un client qui vous demande un travail ou une prestation. Mais il faut pourtant savoir refuser si cette demande vous éloigne de votre cœur de métier, sinon risque de s'éparpiller. Avoir défini une stratégie, même dans une petite structure, permet à tout moment de replacer les actions/choix dans leur contexte et de concentrer les efforts pour atteindre l'objectif fixé.
- Avoir défini une stratégie apporte également de la cohérence à vos actions et donc de la lisibilité à vos partenaires.
Mais une fois dis ça, il ne faut pas non plus être "piégé" par cette stratégie et savoir l'adapter ou la réorienter si les conditions changent ... ou si elle s'avère mauvaise !
4
il y a 4 ans par PhilippeMilleret
Primordial de definir une strategie quelque soit la taille de l entreprise.
Dans la grande, c est le fil rouge qui federe et drive les equipes.
Dans la petite entreprise, voire en solo, où la notion de gestion de temps disponible est tres souvent mise à l epreuve, ce sera ton support quotidien, ta feuille de route, pour t'assurer que toutes les taches chronophages mais indispensables du fait de ta position multitaches de gerant, ne t eloignent jamais de ce pourquoi tu as construis ton projet, ton entreprise
3
il y a 4 ans par gfrancoisloyez
In-dis-pen-sa-ble : on peut y revenir pour ne pas oublier où on veut aller, surtout dans les moments de doute ou de surcharge de travail. Et se faire aider pour la construire sans perdre son âme permet de récolter de bonnes idées ! Alors non ce n'est pas du tout une perte de temps !
3
il y a 4 ans par gmaison
@ArnaudLemoine de manière absolue je dirais oui. Mais je pense que la réalité - ce fichu principe de réalité - est toute autre.

Si l'on prend l'angle de vue de l'âge du business, je pense qu'au début il y a moins de stratégie qu'un cadre à l'intérieur duquel on s'autorise à oeuvrer. La stratégie est là pour moi plutôt absente et je parlerais plus de tactique car il s'agit surtout d'amorcer un quotidien où la réalité, justement, vient fiche le bazar. La posture d'ouverture est requise notamment pour pouvoir pivoter, en fonction du business qui se crée, tout en restant le pilote de ce que l'on accepte ou non. Cela peut faire office de stratégie, mais c'est plutôt tactique, pour moi.
Ensuite, lorsque le business est installé et que la part d'incertitude diminue - sans disparaître - mais où le marché se retrouve d'une année sur l'autre, là, la stratégie peut s'envisager, notamment au regard du marché, justement, càd clients, concurrents, partenaires, réglementation. Lorsque nous avons un marché, la stratégie s'envisage plus facilement que lorsqu'il est à son début.

En fait, la tactique cède le pas à la stratégie lorsque s'affinent les prévisions de son marché. Plus votre marché est pérenne et correspond à un minimum prévisionnel, plus la stratégie est envisageable au regard de la tactique, plus on est en capacité de prendre du recul ou de la hauteur pour mieux s'orienter.

Je vois donc la stratégie, d'un point de vue business, plus comme un processus, une démarche.

Mais il convient de conserver quoiqu'il en soit cette posture d'ouverture, de conserver une part d'incertitude pour pouvoir justement être à l'écoute de cette réalité et pouvoir s'adapter de manière continue.
3
il y a 4 ans par ACTIBIZZ
Sun-Tzu, le retour :
"Strategy without tactics is the slowest route to victory. Tactics without strategy is the noise before defeat".
2
il y a 4 ans par ArnaudLemoine
@gmaison je suis d'accord avec toi.. j'appelle cela une stratégie d'adaptation ou d'opportunité... bref une stratégie consistant à ne pas avoir de stratégie mais cela est choisi et assumé.

De plus je préfère parler de "démarche stratégique" que de stratégie, l'important étant pour l'entreprise et l'entrepreneur d'avoir une réflexion à moyen terme et non pas uniquement sur son quotidien...
3
il y a 4 ans par gmaison
Après la réponse à la question, je voudrais préciser les raisons de ma réponse.

En fait, je me suis aperçu, dans le quotidien du démarrage de mon entreprise d'informatique, que toute stratégie tombait immanquablement à l'eau dès lors que j'avançais dans l'inconnu. Donc il a bien fallu que je m'adapte à ce qui m'arrivait. Mais lorsque j'ai commencé à avoir un marché pérenne d'une année sur l'autre (principalement par la reconduction de contrats) là, j'ai pu effectivement établir un minimum de stratégie.

Sauf que la variabilité extrême du contexte économique (micro-contexte à l'échelle de mon territoire comme macro à l'échelle nationale ou internationale) est telle que la plupart de mes clients n'ont pas de visibilité économique à plus de 4 à 6 mois. Donc, je pense que leur stratégie est faible au regard de la tactique de "survie".

La stratégie, selon moi, n'est envisageable que lorsque l'on peut déterminer l'objectif à atteindre et que l'on dispose des moyens pour l'atteindre. Aujourd'hui, l'incertitude située à très brève échéance me semble trop importante pour qu'un objectif puisse être conserver en l'état. D'où la nécessaire agilité de l'entreprise. Aujourd'hui, la capacité de résilience des entreprises en tant qu'organisations sociales se trouve selon moi dans cette légère schizophrénie entre gérer cet existant avec une stratégie *pour cet existant* et une tactique agile pour gérer toute la part d'incertitude de l'avenir.

Nous ne sommes plus dans une économie linéaire où il était facile de planifier. Nous sommes rentrés, je crois, dans une économie darwinienne où la collaboration, la coopération et le partage (mes 3 antiennes) seront les principes de l'évolution de nos sociétés.

(mais bon, je m'éloigne là de la question ;) )
3
il y a 4 ans par ClaireBouteyre
En echo à votre échange, relire "The E-myth revisited" de Michael Gerber, qui confronte les 3 rôles de l'entrepreneur (artisan, developpeur, gestionnaire) aux trois phases de dvt de l'entreprise (enfance, adolescence, maturité). Pour les créateurs que j'ai accompagnés, l'enjeu a souvent été le passage de "travailler dans son entreprise" à "travailler SUR son entreprise" (de la nécessaire prise de recul qui permet de faire les ajustements/pivots évoqués).
3
il y a 4 ans par olivierChaillot
le rôle du dirigeant, quelque soit le taille de l'entreprise, n'est-il pas d'avoir un oeil sur la ligne d'horizon et l'autre sur la trésorerie ? du coté de la ligne d'horizon, c'est la démarche stratégique !
cela me parait traduire une volonté d'échec que de ne pas avoir de stratégie ... c'est le cas des "créateurs" qui créent leur emploi ... une fois l'emploi créé ... qui dirige ?
Pour illustrer mon propos : vous ne ferez pas la même entreprise si vous voulez la vendre dans 8 ans pour partir sous les cocotiers, si vous voulez la léger à vos enfants ou si vous devez la mettre en gérance pour payer votre retraite ... et ça en faisant le même métier, en ayant les mêmes moyens, les mêmes compétences, en étant sur les mêmes marché, avec les mêmes clients et les mêmes concurrents ...
Bref, la stratégie permet de choisir le meilleur chemin pour atteindre un objectif à long terme fixé par l’actionnaire ...
Certes, il est toujours possible de créer ou diriger une entreprise sans avoir d'objectif ... mais alors il ne faut pas s'étonner qu'on arrivera pas là où l'on aurait pu aller si ...
Quant à mettre en place une veille efficace ... aléatoire ... quel chemin surveiller ?
d'où une navigation à vue ... le cabotage est une manière de naviguer agréable ... si l'on ne veux pas aller bien loin ou traverser un océan ...
3
il y a 4 ans par ACTIBIZZ
Oui, 'In-dis-pen-sa-ble' comme l'écrit gfrancoisloyez,

comme le dit le maître stratège Sun Tzu, "Celui qui n'a pas d'objectifs ne risque pas de les atteindre",

le temps stratégie/la réflexion stratégique doivent faire partis du temps de l'entrepreneur,
sinon, comment regarder l'horizon, anticiper sur son business si l'on reste la tête dans le guidon ?
2
il y a 4 ans par ArnaudLemoine
Merci pour vos réponses... je reste effectivement persuadé que réfléchir et mettre en place une stratégie est INDISPENSABLE pour toute entreprise... du solo à la multinationale.

Bon WE
2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.