L'enfer est pavé de bonnes intensions ! le dernier rapport de l'OXFAM sur la rémunération des actionnaires en est-il le dernier avatar ? Bourré de biais, il dénonce quoi au juste ? une approche par des scientifiques peut elle nous amener à comprendre mieux les enjeux ?

Bien sûr, nous assistons de plus en plus à la montée du Bien et du Mal dans les analyses qui nous sont proposées ... au détriment du droit ... signe que la montée des intégrismes religieux a une influence sur nos grilles de lecture ?

Faut il mettre en cause la manière dont les modèles sont construit ? ou plus simplement exercer notre esprit critique ?

Si nous n'avons jamais été aussi riche collectivement, quid de la répartition de la richesse produite ?

De là à penser qu'il puisse y avoir une volonté de manipulation ... mais de qui ?

comprendre veille zetetique
4
2

4 réponses

il y a 1 an par ArnaudLemoine

Bonjour,

Pour moi il s'agit moins d'un biais qu'un point de vue assumé... L'économie est avant tout une question de point de vue et en rien une science exacte avec une seule vérité... Oxfam est comme la presse (Le figaro, Le monde.Les Echos ou la Tribune..sont des presses d'opinion (celle des quelques milliardaires), Oxfam est donc une organisation d'opinion... avec un parti pris.. après à chaque citoyen de diversifier ses sources d'information et de se faire ses avis, son corpus idéologique !

3
il y a 1 an par olivierChaillot

Nous sommes d'accord sur le fond ... sauf qu'il faut bien reconnaitre que nous sommes tous des faignants et que nous faisons peu l'effort d'exercer notre esprit critique ... Alors quand je trouve le travail mâché par un tiers ... je diffuse ... pour les autres faignants ... si tu as d'autres exemples pour d'autres sources ... n'hésites pas à partager également :)

1
il y a 1 an par FredericLibaud

Bonjour,

Rappelons-nous l'histoire... celle d'il y a plus de 80 ans. Loin de moi de vouloir jouer les cassandres mais, j'ai le sentiment que les leçons passées ne sont pas retenues. On peu faire un parallèle entre le passé et le présent, sur de nombreuses thématiques. Ceci expliquant cela, on ne peut que regretter la monté des populismes et autres intégrismes.

L'une des responsabilités dans la situation présente étant certainement le fait que nos élites sont engoncés dans leurs contreverses. Le monde change bouge, les gens aspire à bien des choses et ce qui a prévalue lors des 30 glorieuses, en tout cas en France, n'est pus d'actualité.

Nos élites sont de facto les garants du bien commun, car elles se positionnent comme tel et si elle ne le souhaite pas alors, cela signifie qu'il faut un changement dans le fonctionnement de nos sociétés démocratiques. Qui n'est toutefois pas souhaitable, car probablement extrêmement dangereux.

La question de fond n'est pas le partage des dividendes qui est élevés pour les structures concernées, c'est un fait. Mais la génération de richesse, sont partage/sa répartition et surtout comment et de quelle manière on en fait profiter l'ensemble de la population. L'être humain n'étant pas du genre à partager (argent, pouvoir, ...) et donc vénal, le partage des richesses ne peut donc se faire que par la contrainte. Cependant celle-ci ne doit pas non plus être abusive. Tout est question d'équilibre et de respect de chacun dans son intégrité.

Le rapport dont il est question donne beaucoup d'éléments d'informations et la focalisation sur une seule composante de l'étude n'est pas pertinent. Il est ainsi intéressant de voire en page 33, que l'entreprise en tête pour l'écart moyen entre salaire du PDG et salaire moyen est le groupe Carrefour. Alors, que celui-ci a annoncé être en difficulté et dans l'obligation de vendre une partie de ses "bijoux de famille".

La politique de Responsabilité Sociétale des Entreprises ne se décrète pas, ne se valide pas à coût d'audit ou de certification. Elle se vit et s'applique nécessairement par le haut. Le dirigeant et les actionnaires, quel que soit le statut d'une entreprise, sa taille, ... outre le fait de devoir pérenniser au mieux l'entreprise, son économie et ses emplois, ont le devoir moral de veiller à certains équilibres. Il faut cependant reconnaître à leurs décharge qu'on ne leur facilite pas la vie, car les disparités économiques, fiscale ou sociale n'incitent pas au respect des équilibres.

Nos élites on fait la preuve de leurs manque de clairvoyance, en voulant parfois allez trop vite ou trop lentement et c'est l'une des multiples raisons de la situation présente. Ils ont donc aujourd'hui la responsabilité de ramener les équilibres, dans un cadre compris et admis par tous, respectant le consensus. Ce qui, je le crains fort, n'est pas gagné.

3
il y a 1 an par olivierChaillot

le manque de courage est très bien partagé par chacun, voire par tous ... il n'y a pas que nos politiques qui ... il y a ceux qui les élisent ... et chacun repousse au suivant les décisions à prendre ... on en voit un exemple "exemplaire" en ce moment ... la réforme de la SNCF, portée par son président Monsieur PEPY ... nommé par sarko qui n'a pas osé, quant aux présidents suivant, il ont eu autant de courage ... l'actuel se lance ...Dans cet exemple il est question également de dividendes ... sous forme de dette faite à la place de l'actionnaire unique ...

Quand on vous dit que nous vivons tous à crédit et que nous allons en C...

1
il y a 11 mois par Julien_

Tu devrais utiliser le terme "Fausse nouvelle" ou "infox", il y a des gens qui sont gênés par l'anglicisme ici.

2
il y a 11 mois par olivierChaillot

À commencer par moi !

1
il y a 11 mois par samhee

un article intéressant pour compléter ton analyse @olivierChaillotwww.slate.fr/story/162270/le-ratio-de-marx-symp...

1
il y a 11 mois par olivierChaillot

Merci ... C'est fou le nombre d'études qui sont faites juste pour faire parler. .. Je suis assez d'accord avec la conclusion ! Il faut mieux être cadre supérieur qu'ouvrier ou caissière !

1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.