Inné, acquis ? c'est un débat...
Un autre débat réside, me semble t'il, dans l'origine de la réussite d'un projet.
Selon vous, un projet vaut il avant tout, par la valeur de son idée originale ou la qualité de son exécution ?
Pour ma part, je pense qu'une idée de m.... bien exécutée peut réussir, mais une bonne idée mal exécutée aura bcp plus de mal...
PS : Il y parfois des cas ou de mauvaises idées à priori, assez moyennement exécutées, deviennent des multinationales en moins de 10 ans !
Mais cela c'est le miracle du net... :)
et vous ?

idées projets
7
6

8 réponses

il y a 3 ans par Julien
1000 fois, je le répète c'est l'exécution.

Il est évident qu'une excellente idée mal menée ira dans le mur, et au contraire une idée pourrie bien menée peut vivre.

A ceux qui demandent des conseils mais "ne veulent pas parler de leur idée pour ne pas qu'on leur vole", j'ai appris à donner deux arguments :
1- Quand on a une idée, il faut se dire qu'on est en concurrence avec le monde, et dans le monde au minimum 100 personnes ont déjà eu cette idée, et 10 ont déjà commencé à la mettre en oeuvre.
2- Une idée reste... une idée. La vraie différence c'est la vision, car dans la vision on retrouve l'idée et une voie de mise en oeuvre. Et beaucoup de gens ont des idées sans vision.
8
il y a 3 ans par Hervemary
Merci Julien ! Tu soulèves justement un point clef dans mon esprit.
A savoir celle que l'on gagne plus à partager son idée pour la faire mûrir au soleil des conseils et avis du marché;
que de la faire mourir, bien planquée dans une cave, sombre et froide, avec pour seul feed-back, l'écho de sa propre voix.
C'est d'ailleurs le principe d'un projet web que je vais lancer en Beta dans les jours qui viennent. :)
3
il y a 3 ans par Julien_
1000 fois d'accord. Je suis affligé à chaque fois que j'entend quelqu'un qui ne veut pas me parler de son idée... Heureusement c'est rare !
3
il y a 3 ans par Julien_
Une théorie intéressante:

- La réalisation représente une "valeur"
- L'idée représente un "coefficient multiplicateur"
- Le produit des deux représente la valeur de l'entreprise.

Idée horrible = -1
Mauvaise idée = 1
Idée passable = 5
Bonne idée = 10
Excellente idée = 15
Idée de génie = 20


Pas d'exécution = $1
Mauvaise exécution = $1000
Exécution passable = $10,000
Bonne exécution = $100,000
Excellente exécution = $1,000,000
Exécution parfaite = $10,000,000

Avec ce modèle, on voit qu'une idée vraiment très mauvaise peut faire perdre de l'argent, surtout si on l'exécute bien ! C'est assez étrange comme principe, mais ça montre qu'il y a une limite. Par exemple le shampoing au yaourt a fait perdre beaucoup d'argent à Clairol.
Ça montre aussi qu'avec une idée très simple, on peut faire beaucoup d'argent, si on se débrouille bien.
Ensuite il faut savoir définir "exécution", puisqu'il s'agit souvent d'un mélange très personnel de produit, de marketing (au sens positionnement), de sales,...
C'est assez intéressant de voir certaines stratégies fonctionner très bien dans certains secteurs, et très mal dans d'autres.
Et enfin, ça montre qu'une excellente idée (ex: faire un moteur de recherche basé sur la popularité du contenu) a plus de potentiel qu'une idée de base (ex: vendre des cigarettes électroniques), même exécuté brillamment.

J'avais aussi vu quelque chose qui disait qu'il y a 3 ingrédients pour la réussite :
- talent
- effort
- chance
et ça disait surtout qu'il en suffisait de 2 :)

Source: gettingreal.37signals.com/ch06_Done.php
6
il y a 3 ans par Hervemary
Pas mal, comme modèle. On voit bien la valeur d'une exécution.
Il manque, peut être, un ingrédient après l'effort, le talent et la chance...
Money !
2
il y a 3 ans par Julien_
Je vois surtout l'argent comme une conséquence, plutôt qu'une cause :)
Même si on m'a déjà dit que j'étais naif, je crois qu'aujourd'hui on peut faire beaucoup avec peu de moyens.

Bien sûr ça dépend des domaines, dans le nucléaire c'est plus compliqué que dans les applis mobiles par exemple.
Mais avec de Kickstarter, Code Academy, WordPress, Skiller,... On peut démontrer la viabilité de pas mal de projets, et se faire financer si nécessaire, ou trouver un moyen de gagner de l'argent assez rapidement.

Par rapport à ce qui est dit sur cette question, je conseille vraiment un de ces deux livres (écrits par la même société, d'où provient le modèle ci-dessus):

- Getting Real (spécialisé IT): gettingreal.37signals.com/
- Rework (mêmes concepts, mais généralisés): 37signals.com/rework/
2
il y a 3 ans par Stephane31
J'ajusterai la formule avec des coefficients comme la taille du marché et la visibilité. Il y a des tas de projets qui ne marchent pas, car ils sont invisibles. C'est peut-être une difficulté encore plus importante que la réalisation.
3
il y a 3 ans par Stephane31
100% d'accord avec @Julien , je vais même aller plus loin : pour moi une idée ne vaut rien. Et je dirais qu'on ne pourra juger une idée, que quand on l'a éprouvé (et encore il pourra toujours y avoir quelqu'un pour en faire mieux). Après on peut adhérer ou pas à l'idée.

Je pense que l’exécution seule ne valorise pas ou peu un projet non plus. C'est de trouver son marché ou ses utilisateurs qui donneront la vraie valeur au projet.
3
il y a 3 ans par Hervemary
Oui. Je te suis. L'adéquation marché est peut être la véritable valeur d'un projet. En gros, idée, bonne ou mauvaise, bonne exec ou pas, seul compte, peut être, finalement, la capacité à coller aux besoins des clients.
Intéressant...
On retombe finalement sur les concepts de MVP et de cycle itératif. Ce qui me fait dire les concepts d'une idée d'un coté, de l'éxécution de l'autre et de l'adéquation marché au final, pris séparément ,n'ont plus beaucoup de sens. Les trois sont certainement désormais, confondus et indissociables.
3
il y a 3 ans par Stephane31
Bonjour @Herve,
Oui, l'approche lean startup est très intéressante et très structurante. Par contre, je n'adhère pas trop au concept de "fail fast", certaines idées ou concepts méritent un peu de temps pour changer le monde (avant de les écarter définitivement).

Pour revenir sur ce que j'évoquais et après réflexion, une idée ou un projet à une valeur dépendante de son marché, sauf pour les porteurs du projet. C'est une valeur 'morale' ou d'attachement, mais c'est ce qui fait avancer (quand la plupart te prendront pour un fou ;) ).
2
il y a 3 ans par JKeire_theos
Une idée ne vaut rien si elle n'est pas confronté à un marché. Au plus tot , elle est, mieux c'est. une idée sans marché reste une idée sans valeur. ( même si on est en avance sur son temps).
Dans le lean startup, on a coutume de dire " fake it, until you make it". la confrontation rapide au marché va, soit nous contredire sur notre fausse " bonne idée", nous obliger à revoir notre "cible" ou "marche" et donc revoir notre idée.
Et oui, il faut la confronter, en debattre, en discuter, la proposer pour recevoir l'approbation de son marché. Personne ne va la voler, puisque déjà une dizaine de personnes ont eu la meme et sont en cours de developpement dessus .
je suis en accord avec toi sur "PS : Il y parfois des cas ou de mauvaises idées à priori, assez moyennement exécutées, deviennent des multinationales en moins de 10 ans !" car en effet au départ, ce ne devait pas etre fameux, mais une fois adaptée, modifiée, paufinée en se trouvant son marché, elle est devenue LA "bonne" idée.
Et cela vaut aussi pour l'economie "reelle", meme si les success story du web sont fortement mediatisées ( combien reste dans les slides car sans marché??)
J Keire _ theos.fr
3
il y a 3 ans par Hervemary
Absolument ! Par exemple Groupon qui à l'origine n'avait pas du tout pour idée de créer ce style de site mais ils ont écouté leurs clients... avec le succès que l'on connaît.
2
il y a 3 ans par Julien_
J'aimerais rajouter, par rapport à la phrase "Personne ne va la voler", que ça peut arriver qu'une autre entreprise se lance sur le même projet, peut-être même après avoir vu ton succès.
Il y a pas mal d'exemples de gens qui se sont fait "voler leur idée d'appli par Apple" (c.à.d qu'ils ont créé une app native intégrée à iOS).

D'ailleurs c'est inévitable, pourquoi personne ne se lancerait sur une idée qui marche ?

Sauf que, si ta seule proposition de valeur est une idée, eh ben... c'est foutu d'avance.
Et si inversement, tu as une vision, une ambition, et des moyens de les mettre en place, et ben tu peux commencer à te mettre au boulot !

Par contre c'est clair que Mr ou Mme lambda ne va pas quitter son job pour monter sa startup parce qu'il ou elle a trouvé que l'idée était cool. Une idée, on passe son temps à la vendre, elle n'est pas "bonne" tant qu'elle n'existe pas, confrontée à un marché, et encore, il faut pousser ! (tu viens juste de résumer ça d'une très bonne manière)
1
il y a 3 ans par gmaison
Sans reprendre dans le détail ce qui a été dit par @Julien et les autres, une idée en soi n'est rien. Ni bonne ni mauvaise. Ca ne vaut rien puisque ça ne crée pas de valeur non plus.

Un projet, c'est la conjonction d'une vision (et non d'une idée) et d'une équipe. Pourquoi pas une idée ? Parce qu'une idée est quelque chose de dynamique qui évolue et change au contact de la réalité (sa mise en oeuvre et des possibilités ou impossibilités rencontrées) et des interlocuteurs et/ou parties prenantes rencontrées (qui vont modifier l'idée pour l'adapter à leurs propres besoins). C'est donc bien la vision qui inclut l'idée qui permet cette liberté au niveau de l'idée. Ensuite une équipe car une bonne équipe aura toujours la volonté de continuer ensemble, de faire évoluer une idée. Il est plus facile de faire évoluer une mauvaise idée vers un bon projet avec une bonne équipe, qu'une bonne idée vers un bon projet avec une mauvaise équipe.

Donc la valeur d'un projet tient avant tout à la réalisation par une équipe d'une vision partagée.
3
il y a 3 ans par MarcianoALVES
Ce n'est pas l'idée qui compte, ni même la qualité de la mise en oeuvre (voir l'innovation jugaad, qui n'est pas optimale mais reste un succès dans bien des cas), c'est l'intention.
Sans intention, point d'execution qui vaille, point d'idée qui prenne corps... c'est l'intention du projet (son idée + son execution + la mise en oeuvre du résultat escompté) qui fait sa valeur.
3
il y a 3 ans par Hervemary
Intéressant. J'ai l'impression que cela rejoint ma remarque sur le caractère indissociable de l'idée, de son exécution et de son marché à avoir la mise en oeuvre du résultat escompté... non ?
1
il y a 3 ans par MarcianoALVES
oui ^^
2
il y a 3 ans par JulienEtheve
Les 2 mon Capitaine, serais-je tenter de répondre ;)

L'exécution reste décisive certes. Mais dans un monde en pleine mutation, il me semble que les créatifs portent en eux les germes d'une valeur inestimable...

Charge à eux de s'entourer d'excellents "promoteurs" et "exécuteurs" !
2
il y a 2 ans par BertrandPimpin
La valeur d un projet (si on parle uniquement de la valeur économique) viendrait, au delà du public qu il peut atteindre, sans doute de sa faisabilité et de son exécution en des temps raisonnables (pragmatiquement acceptable par un investisseur) et donc de Son ROI à plus ou moins long terme. Prenons un exemple volontairement caricaturale : créer une machine pour se teletransporter. On peut dire que l idée est excellente, qu elle aura définitivement un marché et fera sans nul doute la fortune de son inventeur. En terme de faisabilité c est une autre paire de manches et il va nous falloir investir des années dans la physique quantique avant que de pouvoir se faire déplacer ne serait ce qu un petit pois. Je crains avoir du mal à convaincre malgré la fulgurance du concept
1
il y a 2 ans par SpaceTimeContinuum

Bill Gross en a fait un TED

www.ted.com/talks/bill_gross_the_single_bigges...

In his TED2015 talk, Idealab founder Bill Gross asks the audience to guess which factor is most important to startup success:

  • Idea
  • Team / Execution : How well you execute and adapt
  • Business model: Your path to generating revenue
  • Funding
  • Timing: How early or late you are.

Which one would you pick?

Gross, a serial entrepreneur who went from selling candy to solar energy to loudspeakers to software companies, has always believed in the idea – after all, he named his incubator after it. Idealab has incubated more than 100 companies since it was founded in 1995, including PetSmart, Jobs.com, and Citysearch.

So Gross did some data analysis – he took 100 Idealab companies and 100 non-Idealab companies and analyzed them on the five factors above. The results were surprising: the #1 factor was timing, which accounted for 42% of the differences between the successes and the failures.

  • Timing: 42%
  • Team / Execustion: 32%
  • Idea: 28%
  • Business model: 24%
  • Funding 14%
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.