Bonjour à tous,

J'ai besoin de votre précieuse aide sur un sujet que je ne maîtrise pas du tout.
Alors voilà, je viens de développer un prototype (un POC v1) à destination du secteur de la génétique. Il s'agit d'un objet connecté. Je suis en contact avec une entreprise canadienne leader dans le secteur et qui est intéressée par mon projet et son prototype. 
Seulement, je ne sais pas comment m'y prendre afin de :

- Protéger la propriété de mon prototype
- Négocier une collaboration avec eux
- Être rémunérée (cession de l'idée ? Licence ? Brevet ?) 
- Budgéter la vente

Quelles sont les étapes et comment faut-il procéder ? Vers qui me tourner pour être accompagnée dans cette démarche ? 
Merci de votre aide,
Au plaisir de vous lire,


 

business innovation propriété intelectuelle prototypes
5
6

5 réponses

il y a 2 ans par olivierChaillot

Bonjour @AurelieThouron,

Merci @ArnaudLemoine 

Question multiple qui recouvre plusieurs aspects et fait donc appelle à plusieurs méthodes, techniques et outils. La réponse ne peut donc pas être simple mais doit être conçue sur mesure pour répondre à la problématique. Il y a plusieurs niveau de lecture et donc de réponse qu'il faut rendre compatibles et transformer en réalité dans une stratégie adaptée.

Pour faire simple et te donner quelques pistes de réflexions :

  • le tout doit être abrité dans une stratégie formalisée qui doit, en particulier, identifier la cible (le partenaire qui achètera), son jeu concurrentiel, l'effet de levier que lui confère l'achat, ... et être piloté en intégrant les résultats d'un dispositif de veille et d'influence conçu sur mesure pour cette opération (l'objectif étant, si j'ai bien compris, de contraindre une cible à acheter ce que tu possèdes au mieux de tes intérêts)
  • coté protection intellectuelle, tu dois avoir au préalable à toute action réalisé un diagnostic de tes besoins et conçu la stratégie de PI que tu vas utiliser : tu dois avoir protéger en amont ! une fois les éléments constitutifs de ton "invention" (s'il y a invention ?) divulgués, il n'y a plus de protection possible ! les protections utilisées doivent permettre la valorisation à terme mais également la négociation en amont, elle doit donc protéger ta propriété dans une phase où tu sera obligée de divulguer des informations à l'acheteur sans compromettre la propriété.
  • Coté "négociation", c'est le dispositif de veille qui doit te permettre d'identifier le processus d'achat de ta cible et de connaitre les interlocuteurs que tu dois approcher ainsi que les "éléments" qui doivent être utilisé pour chacun ... c'est le dispositif d'influence qui doit t'aider à piloter la négociation en fonction des réactions de chacun en optimisant les stimuli que tu utilisera ...
  • Coté "rémunération", la valorisation de ce que tu vends est une opération complexe qui intègre nombre d'item comme le potentiel de CA, de part de marché, de marge, ... ou la contribution à la maitrise d'un FCS pour l'acheteur ... ou encore la capacité à "gêner" un concurrent en acquérant la techno ... ou bien la contribution au renforcement de barrière à l'entrée ... bref, sans connaitre ni le DAS, ni la cible, ni le jeu concurrentielle ...

Sauf à préciser ta question et à contextualiser ton "invention", difficile d'être plus précis. Mais je suis à ta disposition.

8
il y a 2 ans par AurelieThouron

Bonjour Olivier,

Merci d'avoir pris le temps de répondre à ma question. J'ai été débordé et n'ai pas eu le temps de répondre avant. 
Je reprends point par point ta réponse qui me semble tout à fait intéressante.
 

  • Qui pourrait m'aider à élaborer cette stratégie ?
    Imaginons que je décide de l'élaborer avec une tiers personne, qui aurait intérêt à m'aider et comment financer cette personne ?
    Imaginons que je décide d'y répondre par moi même, vers quels outils, sites ou cours en ligne dois-je me tourner ? 
  • Question délicate : qu'est-ce qu'une invention ? Dans mon cas, je propose d'utiliser une technique déjà au point et de l'embarquer dans un objet connecté. Cet objet connecté reprend les fonctionnalités d'un objet non connecté existant afin de les "digitaliser" pour répondre à une problématique de données en temps réel. En très bref, je reprends le principe de l'entreprise canadienne de génétique et je lui fais subir une transformation digitale = objet connecté. Mon prototype est donc nouveau (dans sa forme, son usage et la technique qui l'embarque bien que déjà existante). Pour autant, s'agit-il d'une invention ? Ou bien d'un nouvel objet avec des services associés ? J'ai du mal à me situer. 
  • Niveau rémunération, je ne sais pas comment m'y prendre étant donné que le marché est à la fois nouveau et que l'objet que je propose est disruptif. Comment faire ? Le potentiel de marché est énorme avec le développement de la médecine génétique. J'imagine que ça peut chiffrer gros. 
    Merci encore Olivier d'avoir pris le temps de me répondre, je serai ravie d'échanger avec toi plus en détails,
    Au plaisir de te lire
1
il y a 2 ans par olivierChaillot

beaucoup de questions, tu peux me tél demain matin ce sera mieux de vive voix ...

1
il y a 2 ans par ArnaudLemoine

C'est une question pour @olivierChaillot et quelques avocats...

3
il y a 2 ans par EtienneZulauf

Bonsoir,

Comme répondu à la question suivante, et en complément des précieux conseils d'@olivierChaillot, essaie du côté de www.captronic.fr/

3
il y a 2 ans par AurelieThouron

Bonjour Etienne,
Je vais essayer de rentrer en contact avec Captronic. Merci pour l'information ! 

Au plaisir,

1
il y a 2 ans par ChristopheFantoni

Pour protéger votre propriété intellectuelle, la solution la plus connue est bien évidemment le dépôt de brevet. Comptez environ 5000 € et près d'un an / un an et demi de procédures dans le cadre d'un dépôt à l'international. Attention, car pour certains pays, comme le Japon par exemple, vous serez automatiquement amené à passer par des intermédiaires locaux pour déposer votre brevet.

Avantage : la possibilité de cession de droit pendant une période bien déterminée, la possibilité de toucher des royalties pendant toute la durée de vie de votre invention, etc.

Autre solution : le secret industriel. Coût : 0 €. Mais cela veut dire faire signer un contrat de confidentialité (idéalement rédigé par un avocat spécialisé) à chaque personne à laquelle vous allez présenter votre prototype. Attention à n'oublier personne, secrétaire y compris (surtout si votre prototype est imposant). Cette dernière solution peut particulièrement être plaisante pour l’entreprise intéressée qui déposa le brevet à votre place, mais vous perdrez toute légitimité juridique – votre paternité si vous préférez – sur votre invention.

Avantage : la possibilité d’augmenter substantiellement le prix de vente initial de votre invention (je recommande au moins un x10), une simplification non négligeable des procédures, etc.

210
3
il y a 2 ans par olivierChaillot

Réponse qui présuppose que le prototype est une"invention" et est brevetable ... ce qui ne peux en aucun cas être déduit du peu d'informations livrées ... rien ne dit dans les données disponibles qu'un brevet est possible !

je maintien qu'un diagnostic de PI est nécessaire et que les choix qui seront possibles doivent être faits en fonction de la stratégie qui sera décidée ... stratégie qui devra être adaptée à la cible visée ...

2
il y a 2 ans par ChristopheFantoni

Effectivement, @olivierChaillot, vous avez raison. Toutefois, de nombreux indices dans le message de @AurelieThouron nous laissent supposer qu'il s'agit bien d'une invention, c'est à dire de quelque chose de brevetable. L'envie, par exemple, de se prémunir, de protéger son travail, et notamment son prototype. En fait, s'il s'agissait de quelque chose de "banal", afin de montrer simplement le savoir-faire d'Aurélie à l'entreprise intéressée par son projet, je ne pense pas qu'elle se poserait autant de questions. Là où je vous rejoins totalement, c'est sur le manque évident d'informations, le besoin d'un diagnostique en PI, et c'est pour cela que je proposais à Aurélie de passer par du secret industriel. Au moins l'investissement est dérisoire et le résultat, est, au final (quasiment) le même par rapport à la question posée.

297
2
il y a 2 ans par olivierChaillot

??? Si vous le dites ???? !!!!

Pour ma part, à la place d' @AurelieThouron je me rapprocherai d'un professionnel ... à votre disposition

1
il y a 2 ans par ChristopheFantoni

Dans ce genre d'histoire, il vaut mieux aller très vite afin, comme on le dit, "de battre le fer quand il est chaud" ;). Si Aurélie attend beaucoup trop, en déposant elle-même un brevet à l'international par exemple, l'envie de l'entreprise peut disparaitre, ou être remplacé par quelque chose de beaucoup de plus immédiat. De plus accessible. C'est pour cela que le secret industriel permettrait à Aurélie d'être immédiatement proactive, afin de rentrer immédiatement dans le vif du sujet, à savoir l'argent. Ensuite, l'entreprise, quand elle sera réellement en phase de dépôt de brevet, pourra très bien passer par un conseiller en PI afin d'orienter son dépôt en fonction de sa stratégie interne.

379
2
il y a 2 ans par ChristopheRobinet

Bonjour Aurélie

Je vois que le sujet a déjà levé pas mal de réponse. 
Je souscris à la suggestion de se rapprocher d'un conseil en PI qui soit familier des sujets technologiques
J'ai quleques nosm si vous voulez 

Le secret n'est pour moi pas applicable puisque se dessine un transfert de technologie ou de savoir faire. 
A moins que vous ne rejoigniez cette entreprise canadienne.... et travailliez enfermée sans dévoiler qui qu ce soit.

Quantau sujet négociation / licence... il faut effectivemetn mesurer l'apport futur de cette invention au partenaire industriel. Cette invention fait gagner quoi, par ex : meilleur rendement réaction / baisse coût de  prod / gain de temps / amélioration des performances  / diminution des risques pour le patient ou l'écosysteme.... etc. Et cela se traduit en valleur

Nota : je suis familier du sujet ayant travailllé pour la valorisation de recherches publiques pendant des années (CNRS, CEA, et autres SATT)

Je reste à votre disposition si besoin.

Cordialement

Chris Robient


 

2
il y a 2 ans par ChristopheFantoni

Le secret, ce n'est pas l'enfermement d'une entreprise sur elle-même. Le secret, c'est en réalité la non-divulgation au public des secrets de conception/fabrication qui régissent une invention. Deux exemples flagrants à mon sens, car ils représentent les deux opposés : la recette du Coca Cola, pourtant très grand public, basé sur du secret industriel (les proportions des ingrédients ne sont pas connues) et le DTS, le fameux format audio des DVD, qui est à la base un brevet déposé par LC Concept, l'entreprise de deux ingénieurs français, avant d'être ouvertement plagié par DTS (note : le procès pour contrefaçon a été gagné par les deux ingénieurs français, mais la longue procédure juridique leur a couté tellement d'argent, qu'ils ont du vendre leur invention... à DTS).

1238
2

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.