Tout est dans le titre...c'est un sujet qui commence à prendre de l'ampleur..et toi lecteur de cette question, qu'en penses tu de ce projet de loi et de réforme ?

social travail code du travail
4
2

6 réponses

il y a 3 ans par Julien
Je fais partie des 500 000 signataires de la pétition contre : www.change.org/p/loi-travail-non-merci-myriame...

Globalement, on a de vrais reculs pour les salariés sans contre-parties.

Le seul point que je défends, même s'il faudra peut être déterminer les modalités, c'est le plafonnement des indemnités prud’homales. Pour tout le reste ça va de inutile à TRES scandaleux.

Et ce qui me fait rire c'est que les entrepreneurs demande simplification du contrat de travail et baisse des charges. Et les deux ont été mis de coté, voire on ajoute des pages au droit du travail plutot que de simplifier.
4
il y a 3 ans par olivierChaillot
Et si "on" dit :

"Le mouvement vient de loin ! Il est évident pour certains qu'une dérégulation massive des activités humaines conduit à un déséquilibre qui ne peut être pérenne, soutenable pour reprendre l'expression anglaise. Alors, pour permettre le déroulé de ce scénario, personne n'a parlé de dérégulation massive mais le mouvement est présenté comme une mondialisation. Cette terminologie, rendue possible par le développement du « politiquement correct » et la baisse significative de la culture générale moyenne masque efficacement ce qui est entrain de se passer.

D'un coté une dérégulation organisée qui retire aux états (et donc aux citoyens) toute possibilité de réguler les activités humaines et confisque le principe même de décision démocratique, de l'autre, pour donner le change, le développement d'un cadre normatif qui, contrairement à la loi, est décidé par les acteurs économiques, les entreprises donc, et mis en œuvre et fait respecté par les états … fonctionnement qui permet de garder l'apparence de la régulation et du rôle des états alors que ce sont les acteurs économiques qui décident."

Pour mettre d'autres noms sur ces choses : ISO26000 (dite "Responsabilité sociale des entreprises" ;)), TAFTA, commission, ...

ça recouvre une quelconque réalité ?
3
il y a 3 ans par pcouzon
Comme dit Dominique Seux tous les matins depuis quelques jours : on en serait pas là si le syndicalisme était plus fort en France, côté entrepreneurs et salariés.

J'ai aussi entendu une fédération d'artisans contre ce projet puisque la réforme prévoit d'inverser la hiérarchie du droit.... et donc la disparition des branches puisqu'elles auront moins de poids que les entreprises pour les négociations. Sauf que pour les TPE/PME, c'est la branche la référence ! Une entreprise de 3 salariés n'a pas les moyens en temps - et argent - de négocier des accords d'entreprise, de former un délégué syndical, de trouver une équipe RH pour négocier l'accord, etc...
3
il y a 3 ans par FredericLibaud
Bonjour,

Les propos que j'ai vais tenir ici n'engage que moi compte-tenu des engagements officiels et syndicaux que j'ai.

La question ne doit pas amené sur le jugement de personnes, il n'en reste pas moins vrai que Madame La Ministre à été fortement critiquée sur des propos tenues dans un médias ne favorisant pas un consensus sur une réforme de la législation et donc du code de travail.

Tout le monde et plus particulièrement les dirigeants d'entreprises s'accordent généralement à dire que le code du travail est un pavé illisible, incompréhensible.
La législation sur le travail et ce qu'il y autour (paritarisme, négociations de branches, conventions collectives, ...) est lourde pour tout le monde salariés comme dirigeants. Alors que notre environnement vie à croissance accélérée...

Pour l'instant ce sont les médias qui distille des informations sur ce projet de loi, qui rappelons le n'est qu'un projet qui passera par la case assemblée et sénat. Il y aura forcément des amendements, des allés/retours. Tandis que les représentant syndicaux salariés prennes positions et je le comprend, ils défendent l'intérêt des salariés de façon générales.

Notre système encadrant le travail, pour l'avoir expérimenté on peu dire des deux côtés de la barrière à divers degrés, est quelque chose qui ne colle plus à la réalité de ce que nous vivons aujourd'hui. Que nous soyons salariés, dirigeants ou indépendants d'ailleurs.

Il y a un phénomène que peu d'observateurs on remarqué, c'est l'explosion en devenir du nombre d'indépendants sous les différents statuts existants.

Sur le peux que je sais de ce projet de loi, il remet en cause des principes que mêmes les représentants patronaux n'ont pas demandés. Surprenant...

Il serait donc intéressant de savoir qui participe et rédige ce projet de loi, car cela nécessite outre les connaissances juridiques nécessaires, une bonne compréhension de l'économie, du sociale, ... compte-tenu des multiples incidences qu'il à.
On ne peu constituer un tel projet sans en impliquer toute les parties prenantes. Certes je sais que cela est compliqué mais cela reste possible. Je l'ai vu sur d'autres sujets...

Alors en effet, il ne me semble pas apporter une solution aux problèmes qu'il est sensé résoudre par manque de prise de hauteur, de compréhension réelle des enjeux et surtout par une cruelle ignorance des fondements essentiels de notre société.

Rappelons que ce qui à fait le mode fonctionnement de la relation employé/employeur depuis 1936 s'appelle le paritarisme.
2
il y a 3 ans par PascalW
Bonjour,
Pour moi cette réforme est simplement symptomatique de la rupture qu'il existe entre les citoyens et les dirigeants politiques.
sans remettre en cause la nécessité de réforme notre système, cette réforme apparaît comme un acte isolé sans cohérence globale ni volonté d'aller quelque part.
C'est proche de l'agitation thermique: ça s'agite beaucoup, produit de la chaleur mais n'a aucun mouvement global.
Peut être ne suis je pas assez brillant pour comprendre comment le plafonnement des indemnités prudhommales va relancer l'emploi, par plus que la simplification des licenciements économiques va doper notre économie.
Je constate simplement la première réforme devrait concerner nos représentants: ils devraient nous ressembler davantage et moins être encartés. Comment des gens qui n'ont jamais été salariés, qui n'ont jamais cherché de travail, peuvent décemment nous représenter sur un sujet pareil?
Pourquoi n'y t il pas d'âge limite? pourquoi la République autorise, au delà du cumul des mandats, l'amalgame des pouvoirs législatifs et exécutifs? Pourquoi nos élus n'ont aucun compte à rendre or des périodes électorales?
Je l'ai dit je ne suis pas assez brillant pour avoir des réponses à ces questions.
Sur cette loi en elle-même: elle va précariser un peu plus la société faute de vouloir prendre de la hauteur sur les choses. Nous serons nombreux à faire les frais de dommages collatéraux que le législateur n'a pas vu....
1
il y a 3 ans par JoyceMarkoll
En même temps, si comme l'annonce MissSkiller le travail ne va plus exister, les réformes seront sans objet ? (Réflexion inutile et utopiste inside)
3
il y a 3 ans par EdouardBarkhausen
Il est necessaire de réformer le code du travail pour s'adapter au monde moderne et à la concurrence internationale, au moins pour éviter de perdre des emplois en parallèle de créer des conditions favorables à la croissance, qui apportera la création d'emplois. Mais encore une fois, il s'agit d'une posture politique, et malheureusement pas une refonte de l'emploi.
1

Vous aimez Skiller?

Rejoignez la communauté.